Janvier 2018 : Le mot du maire (édito Mandulien 4)

photo maire Jean-Pierre Hocquet, Maire de Mandeure

Lors de la cérémonie des vœux, en ce début d’année, où je faisais un rapide bilan de l’année écoulée, j’étais loin d’imaginer que quelques semaines plus tard, nous aurions à faire face à un évènement climatique qui allait bouleverser notre commune et compromettre certains de nos projets.
Durant cette année 2017, même si les projets réalisés n’ont pas eu un retentissement majeur ou une communication tapageuse, ils ont permis néanmoins d’apporter une amélioration au quotidien de votre sécurité et de celle de vos enfants.
Sans vouloir établir une liste à la Prévert, il apparaît important de montrer que notre commune ne manque pas d’énergie.
Cette année 2017 a vu se réaliser et se terminer de nombreux chantiers comme celui de l’éclairage public de la RD 437, où les vieilles lampes énergivores ont été remplacées par des Leds, la mise en place des 25 caméras de vidéo protection aux endroits stratégiques de la Ville et qui apporteront aux forces de l’ordre un outil nécessaire et efficace pour combattre les incivilités, la délinquance et les chauffards, les travaux portant sur le bâtiment qui héberge la Police Municipale, rue du Breuil, libérant ainsi le local adjacent à l’usage d’associations.
2017 c’est la fin de l’étude de faisabilité portant sur les travaux de sécurisation des écoles et qui interviendront dès ce printemps, garantissant une sécurité optimale des enfants, c’est la perte d’une classe de maternelle très petite section à la maternelle du Breuil mais c’est l’ouverture d’une classe à l’école de la Fontenotte, c’est la réflexion menée sur la sécurisation des zones aux abords des écoles, projet qui sera présenté aux riverains et parents d’élèves, c’est aussi le choix de ceux-ci de revenir à la semaine de 4 jours dès la rentrée 2018.
2017 ce fut la démolition du café « aux lions » dont l’emplacement libéré fera l’objet d’une réflexion globale pour améliorer l’entrée de ville et du secteur des entreprises, c’est le lancement du marché public portant sur la réhabilitation du Centre Culturel Polyvalent qui sera remis aux normes thermiques et acoustiques, réalisation qui s’inscrit pleinement dans notre politique d’économies d’énergie, mais dont les travaux perturberont grandement les activités associatives.
2017, c’est l’achèvement de notre Plan Local d’Urbanisme, dont l’enquête publique qui se déroulera cette année, permettra son application en fin 2018 ; c’est aussi la fin de la réflexion menée sur la création de l’écoquartier en lieu et place de l’Eglise Ste Thérèse ; c’est l’achèvement du site internet de la Ville qui permettra à chaque citoyen de se tenir informé de la vie de leur commune.
2017, c’est enfin la programmation des travaux sur le site du camping, lequel s’est trouvé sous les eaux, compromettant son ouverture qui était prévue début mai, travaux qui ne pourront se réaliser en totalité en raison du coût que la commune ne pourra pas prendre en charge seule.
Cette énumération n’est que l’essentiel et ne tient pas compte de tous les travaux réalisés par nos agents et notamment ceux qui ont permis à la Ville de maintenir son label 4 fleurs au niveau régional, performance que nous devons à l’imagination et au travail de l‘équipe technique que je tiens à féliciter en votre nom.
Point n’est besoin de publicité tapageuse pour montrer que notre Ville et tous
ses habitants ne manquent pas d’énergie et d’ambition.
Bonne Année à toutes et à tous !

CCAS : Opération Brioches

briocheJeudi 5 octobre 2017 : Opération brioche.


Les fonds récoltés (3 616,92 €) grâce à nos bénévoles ont été reversés à l’ADAPEI du Pays de Montbéliard et serviront à réaliser des projets qui concourent à l’amélioration des conditions de vie des personnes handicapées mentales accompagnées. Comme chaque année, nous avons sollicité les associations de Mandeure pour la vente en porte à porte et remercions les bénévoles. Nous avons toujours besoin d’un grand nombre de personnes pour que chaque quartier soit visité ; si vous êtes intéressé, merci de contacter le CCAS.