Bienvenue sur le site internet de la Ville de Mandeure

Tourisme et patrimoine : les actus du théatre en 2017

perles

On parle rarement de l’Âge du Bronze à Mandeure c’est pourtant cette période (de 3000 à 1000 avant J.-C.) qui a été à l’honneur cette année avec l’exposition « Bric à brac pour les dieux » qui s’est tenue à Lons-le-Saunier. Le dépôt de Mathay y était présenté et dans le livre qui l’accompagne pas moins de 10 articles évoquent Mathay/Mandeure.
Toujours pour la protohistoire, nous ne sommes pas peu fiers d’avoir fait l’objet d’un article dans Libération à propos de la thèse de Joëlle Rolland, « L’artisanat du verre dans le monde celtique du second âge du Fer » soutenue cette année à l’Université de Paris I Panthéon -Sorbonne. C’est au XIXe siècle que fut découverte à Mandeure, la plus grosse collection de parures de verre gauloise connue en Europe Celtique. Le musée d’archéologie nationale de Saint Germain en Laye, conserve 356 perles en verre, dont 41 sont encore montées sur 4 anneaux en métal cuivreux, 147 bracelets et différents éléments de parures. À cette découverte exceptionnelle il faut désormais ajouter le millier de perles de verre composant entre autre la parure d’un personnage féminin de haut rang de l’âge du bronze. Ce matériel a fait l’objet ces dernières années de nouvelles études qui renouvellent complètement l’approche de la verrerie antique, tant d’un point de vue local qu’international. C’est un volet de cette recherche qui a été présenté au colloque de l’association française pour l’étude de l’Age du Fer à Dole : d’exceptionnelles perles gravées. 

 four

journees du patrimoine 2

colonne

Le Verre a donc été cette année le trait d’union de l’activité scientifique et archéologique à Mandeure. C’est dans ce contexte verrier que le SIVAMM a acquis avec l’aide du Crédit Agricole un atelier de verrier gaulois. Les guides conférenciers de PMA ont pu être formé à la fabrication de perles ou de bracelets antique par Florence Gebaï (Atelier Cobalt), spécialiste en reproduction d’objets en verre antique. Une démonstration a été proposée aux journées européennes du patrimoine et nous avons accueilli sur le site du théâtre près de 1000 personnes à cette occasion. Aux activités traditionnellement présentées sur le site (boulangerie, tissage, taille de pierre...), ont été ajoutés cette année, la fabrication de cervoise par la brasserie artisanale des Fontaines de Jouvence, un atelier d’apiculture par Arnaud Adam et la participation du Pôle Éducation Jeunesse de Mandeure qui animait un atelier écriture et un atelier bijoux gallo-romains. L’association Sentiers d’histoires (présidée par un ancien fouilleur de Mandeure) a tenu deux stands, l’un sur la fabrication de cotte de mailles et l’autre sur la chaudronnerie gauloise. Nous tenons à remercier les ateliers municipaux qui nous ont confectionné de magnifiques abris d’inspiration gauloise et le Groupe Spéléologique et Archéologique de Mandeure qui a proposé aux visiteurs un délicieux vin romain. Un remerciement particulier également à Thierry Brandt qui, pour le fleurissement 2017, a réalisé une superbe copie de la borne milliaire de Mathay (ancêtre du panneau indicateur, seule mention sur pierre de l’antique Besançon VESONTIO) toujours visible en sortie de ville de Mandeure.

Les arts du feux ont, eux, été mis à l’honneur pendant les journées de l’archéologie avec la reconstitution d’une charbonnière et d’un bas fourneau (four pour obtenir du fer à partir du minerai). C’est Hervé Laurent (Conservateur du patrimoine à la Direction Régionale des Affaires Culturelles de Franche-comté) qui a piloté l’opération. Il faut bien avouer que ce ne fut qu’une demi-victoire. Nous avons pu obtenir l’ébauche de scories ferreuses mais, sommes encore loin du but recherché (problème de minerai, de méthode et de structure). Nous avons déjà reconstruit le four, nous sommes à la recherche de nouveaux gisements de minerai et nous espérons donc renouveler l’expérience en 2018. Plus de 800 personnes ont assisté à cette manifestation malheureusement perturbée par un orage en milieu d’après-midi. Ces manifestations organisées par Pays de Montbéliard Agglomération et le Sivamm, prennent année après année une nouvelle ampleur grâce aux concours de nombreux bénévoles qu’ils soient ici remerciés. Séverine Blin (chercheuse au CNRS) a mené cette année encore une campagne de recherche sur le site, principalement axée sur l’étude des découvertes effectuées dans
le puits situé au-dessus du théâtre. Un relevé en trois dimensions du puits a été effectué par la société EVEHA experte dans ce type de travaux très spécialisés. Les contacts pris l’année dernière avec des collègues américains ( Carthage College, University of Texas) ont porté leurs fruits : nous en attendons 20 personnes pour la campagne de fouilles de l’année prochaine. La société ALTAMETRIS, filiale drones de SNCF Réseau, a réalisé le relevé en trois dimensions du théâtre dans le cadre d’une opération de mécénat.

Pierre Mougin, Julien Ceccarelli

theatre vu du ciel

Catégorie :